Science et Avenir, le saumon OGM et la bien-pensance médiatique

Même Science et Avenir tombe dans le piège du faux équilibre médiatique concernant le saumon OGM qui a été récemment autorisé au Canada.

Même Science et Avenir tombe dans le piège du faux équilibre médiatique concernant le saumon OGM qui a été récemment autorisé au Canada.

Au début du mois d’aout 2017, on a appris que le Canada avait autorisé le saumon OGM sur le marché. Proposé par l’entreprise AquaBounty Technologies, ce saumon a été vendu à un client non identifié pour une quantité d’environ 4,5 tonnes. Comme vous pouvez en douter, les anti-OGM ont craché le feu et le souffre en considérant que les canadiens sont désormais des cobayes. Le magazine Science et Avenir nous livre un “bel” article intitulé : Du saumon OGM vendu au Canada, inquiétudes des écologistes.1

A la décharge de Science et Avenir, l’article est juste une reprise d’une dépêche de l’AFP qui donne la part belle aux écologistes et aux anti-OGM. Mais tout ce beau monde oublie un tout petit détail, ce saumon OGM existe depuis 25 ans puisqu’AquaBounty l’a développé en 1989, mais à cause de la propagande anti-OGM et écologiste, sa commercialisation a été retardé jusqu’à aujourd’hui.2

A cause cette propagande, l’entreprise AquaBounty a failli mettre la clé sous la porte (mais, ça on s’en fout pas vrai ?). Concernant ce saumon OGM, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a déclaré en mai 2016.

La Division des aliments pour animaux (DAA) de la Direction de la santé des animaux au sein de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a évalué les données présentées par AquaBounty Technologies Inc. concernant le saumon AquAdvantageMD (SAA) qui présente une croissance accrue par rapport au saumon non génétiquement modifié. L’ACIA a établi que les aliments du bétail issus de l’animal à caractères nouveaux dont il est question ne suscitent pas de préoccupations en matière de salubrité et de qualité nutritionnelle en tant que nouvel aliment du bétail, par rapport aux aliments issus du saumon actuellement autorisés dans l’alimentation du bétail au Canada.3

Vous avez bien lu, il n’y a aucun risque pour la santé entre ce saumon OGM et le saumon classique. Science et Avenir le mentionne, mais sans aller plus en détails. Science et Avenir et de nombreux médias tombent systématiquement dans ce qu’on appelle le faux équilibre médiatique.4 Dans le faux équilibre médiatique, les médias vont donner un poids équivalent à 2 arguments alors qu’ils sont très inégalitaires sur leur véracité. D’un coté, des milliards de personnes vont dire que la Terre est ronde et de l’autre, vous avez quelques crétins qui disent qu’elle est plate. Pour un média, le faux équilibre médiatique consiste à dire que l’argument de la terre plate est aussi valable que celui de la terre ronde pour justifier un équilibre de la presse qui n’a jamais existé.

Science et Avenir a sans doute republié la dépêche tel quelle, mais c’est inacceptable pour un magazine qui a les mots science et avenir. Et pourquoi alors ne pas publier toutes les dépêches de l’AFP ? Oui parce que ce serait facile de dire que les auteurs de la dépêche ou ceux de Science et Avenir sont des incompétents, mais la réponse est plus subtile, car elle se base sur la bien-pensance médiatique. Selon toujours les médias de masse, les sondages estiment que 80 % des français sont contre les OGM, mais la réalité est plus subtile, car seuls 17 % des français estiment que c’est un facteur de risque considérable pour la santé tandis que 52 % acceptent une culture encadrée des OGM et 50 % pensent que la destruction des OGM est nuisible à la recherche scientifique.5 C’est très loin des 80 % puisqu’il n’y a que 17 % qui sont totalement anti-OGM, mais les caisses de résonnance par les associations, les ONG et d’autres entités font croire que tout le monde a peur des OGM.

Et comme l’objectif principal de Science et Avenir est de faire de l’audience (comme tous les médias), alors il ne faut pas s’étonner de voir des articles qui vont dans le sens des sondages (et non de la perception réelle des gens en soulignant les subtilités). Si le contenu plait aux gens parce que cela conforte leurs convictions, même si c’est de l’anti-science, alors ainsi soit-il.

Je vous le dis honnêtement, il y a 5 ans, j’étais un anti-OGM convaincu, mais quand j’ai commencé à lire les études scientifiques et les méta-analyses, j’ai été estomaqué de voir le décalage entre  les discours médiatiques et la véracité scientifique.

Sources

1.
Du saumon OGM vendu au Canada, inquiétudes des écologistes. sciencesetavenir.fr. https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/du-saumon-ogm-vendu-au-canada-inquietudes-des-ecologistes_115389. Consulté le août 14, 2017.
2.
First genetically engineered salmon sold in Canada. Nature News & Comment. https://www.nature.com/news/first-genetically-engineered-salmon-sold-in-canada-1.22116. Consulté le août 14, 2017.
3.
Document de décision DD 2016-117 Détermination de l’innocuité du saumon (Salmo salar L.) de AquaBounty Technologies inc. – Végétaux – Agence canadienne d’inspection des aliments. inspection.gc.ca. http://www.inspection.gc.ca/vegetaux/vegetaux-a-caracteres-nouveaux/approuves-cours-d-evaluation/documents-des-decisions/dd2016-117/fra/1463076782568/1463076783145. Consulté le août 14, 2017.
4.
Comment les négateurs de la science alimentent la controverse grâce à de faux équilibres médiatiques. Sceptom. https://sceptom.wordpress.com/2014/12/22/comment-les-negateurs-de-la-science-alimentent-la-controverse-grace-a-de-faux-equilibres-mediatiques/. Published 22 décembre 2014. Consulté le août 14, 2017.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *