Skins, flics et self-défense : bienvenue à la Maison Flamande de Claude Hermant

Ce 24 mai 2009, il est 16h quand la manifestation de la gauche radicale contre la « répression d’Etat » se disperse dans le centre-ville de Lille. En tête de cortège, plusieurs militants lancent l’idée d’aller rendre visite à Claude Hermant, le boss de la Maison du peuple flamand. Ouvert un an plus tôt, le bar réunit la crème de l’extrême-droite locale. Rapidement, la mayonnaise prend. Une cinquantaine d’encapuchés, parmi les plus téméraires, se mettent en route.

Mais la virée ne dure pas. Dans la petite rue Flament Reboux, où est installé le bistrot, des pandores en armures attendent le cortège. « A peine arrivé, tout le monde s’est fait serrer », se souvient un participant. 26 personnes sont interpellées, rapporte la Voix du Nord.

Quelques jours plus tard, Hermant publie une vidéo, en forme de pied-de-nez, sur le compte YouTube de la Maison Flamande. L’homme y divulgue le prénom et la première lettre du nom de famille des manifestants…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *