Salaire minimum, accueil des migrants, sortie du nucléaire, mariage gay : Angela Merkel serait-elle de gauche ?

Voilà douze ans qu’Angela Merkel, 63 ans, est chancelière. Et elle pourrait rempiler encore quatre ans. La présidente du parti conservateur allemand (CDU) se présente à sa propre succession aux élections législatives allemandes du 24 septembre. Son parti reste le mieux placé dans les sondages : autour de 37 % face à un parti social-démocrate (SPD) à 23 %, pendant que les autres partis, Die Linke (gauche alternative), Verts, libéraux et extrême droite (AfD) sont crédités d’environ 10% des intentions de vote chacun. Le candidat du SPD, Martin Schulz, ancien président du Parlement européen, n’a pas réussi à remobiliser l’électorat de gauche. Il fait pourtant campagne sur un programme de « justice sociale », en promettant notamment de revenir, à la marge, sur les réductions des droits à l’assurance chômage que le chancelier – social-démocrate lui aussi – Gerhard Schröder avait mis en place au début des années 2000.

Merkel reste toujours…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *