Quand l’Union européenne ne sait pas quoi faire de sa liberté

Jusqu’à l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’Union européenne (UE) se construisit de manière largement autonome – pour ne pas dire introvertie –, en faible interaction avec le contexte international extra-européen. Un peu comme si elle était seule au monde.

Certes, la mise en place de la Communauté économique européenne (CEE) en 1958, dans le prolongement de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) en 1952, était partie prenante de la logique géopolitique de la guerre froide entre l’URSS et le « camp occidental ». Et cela en parallèle avec la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 1949 sous la houlette des Etats-Unis. Toutefois, et même si, vue de la Maison Blanche, l’inscription de la construction européenne dans un rapport de forces politico-militaire global était sa première raison d’être, ce n’est pas ainsi qu’elle était perçue par les opinions publiques…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *