Quand la gauche est au pouvoir : quels enseignements de l’Amérique latine ?

Je partirai de l’état de l’Amérique latine à la genèse du cycle « progressiste ».

Il faut d’emblée s’arrêter sur les mots utilisés pour définir ce cycle. On qualifie généralement les processus latino-américains de « progressistes », terme utilisé de manière différente chez nous. On les qualifie parfois aussi de gauche mais à mon avis c’est insuffisant. Définir ce cycle plutôt comme « post-néolibéral » correspondrait davantage à la situation. On peut aussi parler d’expériences national-populaires ou de progrès humain, pour être dans un langage un peu plus proche du nôtre.

Je voudrais en venir aux conditions dans lesquelles tout cela a émergé, pour essayer d’identifier les obstacles, les questions, les configurations dans lesquels ces projets se sont développés, sans que jamais ces pays ne réussissent finalement à atteindre 100 % des objectifs fixés, et en avançant toujours dans une certaine adversité.

 

Des affinités…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *