Quand Filip Reyntjens pervertit l’histoire du génocide

La dénégation pure et simple du génocide des Tutsi a été rendue quasiment impossible par le travail des ONG, des journalistes, des historiens, de la justice de plusieurs pays, dont la France, et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Ce dernier a ainsi établi, le 16 juin 2006, un constat judiciaire de cet événement, selon lui de « notoriété publique ». Il a également, au fil de ses jugements, éclairé le mode d’exécution de ce crime, ce qu’un juriste, de surcroît ancien témoin-expert auprès de cette juridiction comme l’est Filip Reyntjens, ne peut ignorer.

Prenant acte du travail accompli par le TPIR et du consensus qui règne désormais sur la nature génocidaire du crime de masse perpétré au Rwanda en 1994, le juriste belge reconnaît bel et bien dans son livre que les Tutsi ont fait l’objet d’un « projet d’extermination », que les « opposants à la politique du génocide […] ont été généralement éliminés, qu’ils…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *