L’ONU, le philanthrocapitalisme et l’écologisme grand public (par Fabrice Nicolino) – Le Partage

Le texte qui suit est tiré du livre crucial écrit par Fabrice Nicolino, « Un empoisonnement universel : Comment les produits chimiques ont envahi la planète » (Les liens qui libèrent, 2014). Il revient sur la création d'institutions supposément écologistes parmi les plus prestigieuses, et sur les intérêts économiques qui se cachent insidieusement derrière. Il complète bien le précédent article publié sur notre site, une traduction d'un texte du chercheur australien Michael Barker, qui traite à peu près du même sujet. Ils permettent de comprendre pourquoi il est illusoire de compter sur les institutions dominantes pour sauver quoi que ce soit (à l'exception de la civilisation industrielle).

Le double jeu permanent de l’Onu et du Pnue

      Où l’on découvre que le rapport Meadows a été écrit par un M. Meadows. Où l’on croise l’ombre duplice de Maurice Strong. Où l’on sonde l’âme meurtrière de Stephan Schmidheiny.

      Il…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *