Les serments grecs de Macron

Athènes (Grèce), envoyée spéciale. Ordonnances à Paris, promesses démocratiques à Athènes. Pour sa première visite d’État, jeudi et vendredi, Emmanuel Macron a choisi la Grèce, « berceau de la démocratie » et cadre idéal, selon lui, pour appeler à une « refondation européenne ». La crise que traverse depuis sept ans ce pays, cible de diktats austéritaires aux désastreuses conséquences sociales et économiques est d’abord, insiste le président français, la crise d’une Europe ayant tourné le dos aux « grands récits » pour se complaire dans « des petits arrangements bancals ». Avec des accents parfois grandiloquents, depuis la colline de la Pnyx, qui fait face à l’Acropole et domine l’antique Agora, Emmanuel Macron a invoqué, jeudi, la Grèce de Périclès pour plaider en faveur de « la reconstruction démocratique » et de « la souveraineté » de l’Europe. Dans un long discours fleuve, commencé en Grec et conclu par une citation du poète et…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *