L’écologisme se souciait de préserver le monde naturel — ce n’est plus le cas (par Mark Boyle) – Le Partage

Traduction d'un article de Mark Boyle, initialement publié (en anglais) sur le site du Guardian, le 22 mai 2017 (plus de renseignements sur l'auteur sont disponibles dans cet article publié sur le site de France Inter).
Mark Boyle y dénonce à juste titre l'égarement complet du mouvement écologiste, cependant, un bémol. Il se concentre sur le changement individuel et non collectif, et sur l'évitement ou l'occultation d'une réalité très conflictuelle. C'est-à-dire que cela revient à la fameuse idée absurde selon laquelle « si tout le monde faisait ça, nous serions sauvés », que cela revient à compter ET sur la mobilisation totale des masses pour faire les bons choix, pour agir de manière juste, ET sur la passivité des pouvoirs dirigeants, manifestement violents (sachant que les moyens d'éducation et que les institutions culturelles sont largement entre les mains de ceux-là). Ce qui est beaucoup trop naïf.

La plupart d’entre nous sommes moins…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *