Le temps retrouvé – par Patrick Condé

Voilà que le temps reprend de l’active, dirait-on. Qu’il s’agisse de décrocher de l’agenda gouvernemental, aussi bien de sa réplique suiviste et soumise côté syndical, ou de faire de l’arrêt du temps accélérationiste du capital une reprise du temps, tout conspire en fait à reprendre l’initiative. Ce qui n’est pas arrivé depuis longtemps dans ce pays, ce par quoi une chance révolutionnaire est à saisir, persévère et augmente sa puissance d’agir, soit d’interrompre le continuum machinique de l’hégémonie dominante des tueurs distingués.

Est-ce bien cela ? Commence-t-on à ne plus se contenter de libérer des espaces, bien que cette libération demeure un acte majeur de l’interruption ? Du moins affirme-t-on, contre la vitesse de circulation des hommes flexibles perçus comme déchets, des marchandises, des capitaux, des grands projets prédateurs, que dans cette libération des espaces l’arrêt des flux est un « arrêt de monde »…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *