Le Luxembourg se rêve en paradis des futurs pirates de l’espace

La folie du projet n’a d’égale que la rapacité de ses promoteurs. Depuis le 1er août, le Grand-Duché du Luxembourg, État membre fondateur de l’Union européenne sur le papier et champion de la concurrence fiscale entre les pays du continent dans les faits, dispose d’un cadre légal qui doit permettre aux entreprises privées d’aller, en toute sécurité juridique, exploiter les minerais, l’eau, les hydrocarbures ou les gaz sur les astéroïdes ou sur les autres corps célestes. Votée mi-juillet à la quasi-unanimité par la Chambre des députés, la nouvelle loi crée unilatéralement un droit national à « l’exploration » et à « l’utilisation des ressources spatiales ». Après le scandale LuxLeaks, qui avait révélé au monde l’étendue des accords d’optimisation fiscale élaborés par les Luxembourgeois au bénéfice des multinationales, voici un nouveau coup de poignard contre toute idée de coopération à l’échelle internationale.

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *