L’art ne peut rien pour la paix, seul l’artiste peut jouer un rôle

Comment se porte votre pays depuis la séparation d’avec le Soudan du Sud ?

Omer Ihssas. L’indépendance du Soudan du Sud a été une grande douleur pour tous les Soudanais. Ce fut comme si nous avions été amputés d’un membre de notre corps. Et ce ressenti perdure encore aujourd’hui. En dépit de la guerre nord-sud qui a ensanglanté le pays de 1983 à 2005, le sentiment des Soudanais du Nord vis-à-vis des Soudanais du Sud, est que nous sommes de la même famille. Quand je suis arrivé à Khartoum en 1981, c’était une ville où tout se mélangeait, un véritable bouillon de culture. Plus de 500 tribus partageaient un avenir commun. 22 ans de guerres n’ont pas réussi à casser cette relation. En tant que musicien, je n’ai jamais cessé de rencontrer des gens du sud, du nord, de l’est afin de partager nos cultures. Et aujourd’hui, alors que le Soudan du Sud est en pleine guerre civile et que des centaines de milliers d’habitants reviennent dans le Nord, je…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *