La péninsule Arabique bouleversée par les convoitises saoudiennes

L’Arabie saoudite est maintenant le leader de facto d’un bloc contre-révolutionnaire — on pourrait même dire « contre-évolutionnaire » — dont l’objectif est d’étouffer toute relance du processus de changements de régime du printemps arabe de 2011. Au cours de cette année, quatre régimes autocratiques, la Tunisie, l’Égypte, la Libye et le Yémen avaient mordu la poussière, et la Syrie avait failli connaître le même sort.

Le plus dérangeant, c’est que l’Arabie saoudite paraît engagée sur le long terme dans un processus d’expansion de son autorité, et finalement de sa souveraineté sur toute la péninsule Arabique, dans le cadre d’une sorte de « destinée manifeste »1 wahhabite. L’Arabie saoudite est le principal promoteur d’une interprétation wahhabite-salafiste de l’islam, étroite et intolérante, du Royaume-Uni à L’Indonésie en passant par l’Afrique du Sud. Riyad ne soutient pas le terrorisme en tant que tel, mais finance…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *