Incendie de gendarmerie : à Nantes et à Grenoble, l’État s’attaque au réseau Indymedia

Pour avoir publié un communiqué revendiquant l’incendie d’un garage de la gendarmerie de Grenoble dans la nuit du 20 au 21 septembre, les sites Indymedia Nantes et Indymedia Grenoble ont été menacés par la police française. Les équipes qui administrent ces sites ont reçu des courriels de l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) exigeant la dépublication sous 24h des articles concernés, sous peine de blocage et déréférencement des sites.

Les auteur-ices du communiqué expliquaient que l’incendie du garage avait été mené « dans une vague d’attaques de solidarité avec les personnes qui passent en procès ces jours-ci » dans l’affaire de la voiture de police brûlée quai de Valmy [1]. Plusieurs dizaines de véhicules ont été incendiés. Voici le texte de ce communiqué :

« Solidarité incendiaire. Ce jeudi, à trois heures du matin, deuxième jour du procès de…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *