greek crisis: Pliure anthropologique

Printemps plutôt mémorable. De nombreux Athéniens ont préféré (et décidément pu) enfin quitter la capitale pour la campagne… familiale, Pâques oblige. Procession du Vendredi saint massivement suivie, à l’image par exemple de la ville de Trikala en Thessalie. Puis, dimanche de Pâques et ses traditionnels agneaux sacrifiés par milliers. L’ouzo aura vite parachevé le reste, sans nécessairement y mettre trop de conviction à la fête, aux dires en tout cas des participants.

Campagne de Thessalie, avril 2017

Entre deux verres d’ouzo, les agriculteurs du village et leurs cousins athéniens, auront autant et très vaguement évoqué, tantôt les difficultés actuelles, dont “l’ennuyeux retard des pluies cette année”, tantôt cette intrigante élection présidentielle en France, aux yeux de nombreux Grecs.

Sans trop y croire, le pays réel grec s’accroche, mais seulement de surface, à certaines traditions, la forme y est, ou plutôt elle y demeure,…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *