Éditorial. Jean Tourloupe au pouvoir

Selon Muriel Pénicaud, il y a eu comme un « malentendu » avec les syndicats. Ces derniers ont mal entendu (au sens propre) quand ils ont cru que la ministre du Travail voulait augmenter de 25 % les indemnités légales de licenciement. Ils devaient être sacrément durs d’oreille pour en être encore convaincus après trois mois et cinquante réunions d’une « concertation » montrée en exemple par le gouvernement.

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *