Des étincelles dans une poudrière

Encore une fois, la Corée du Nord a tiré un missile au-dessus du Japon ; encore une fois, le Conseil de sécurité va se réunir ; encore une fois, Washington fulmine. Simple bluff ? On aurait tort de hausser les épaules.

Pour paranoïaque et totalitaire qu’il soit – en 2016, 120.000 détenus survivaient dans ses camps de concentration [1] –, le régime de Kim Jong-un poursuit, sur le plan international, des objectifs qui n’ont rien d’irrationnel, et qui expliquent la crise actuelle.

La caste au pouvoir est obsédée par la reconnaissance de son droit à l’existence et à la sécurité. Pour Pyongyang, le principal obstacle à cette reconnaissance est l’hostilité de la première puissance mondiale, les États-Unis. La guerre de 1950-1953 a fait 200.000 morts nord-coréens, et aucun traité de paix n’a jamais été signé, ce qui laisse toujours planer la menace d’une remise en cause du cessez-le-feu.

La stratégie de Kim Jong-un

L’objectif à court terme…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *