Chers amis, chers lecteurs, chers Fakiriens – FAKIR | Presse alternative

Ah, si nous avions perdu !

Si nous avions perdu, nous prendrions le temps, là, paisiblement, tranquillement, de vous raconter nos péripéties électorales par le menu. Avec les copains, on ferait des soirées diapos. On se remonterait le moral à la terrasse des bistros. On lirait, pour comparer, des récits sur Sanders et Podemos. On tirerait les leçons de notre échec, se consolant comme quoi, quand même, « nous avons semé les graines de l’espoir », et ce serait un peu vrai.

Mais voilà, malheureusement, nous avons gagné.

Malheureusement pour vous, parce qu’à la place d’un journal, d’un truc costaud, solide, sérieux, vous avez quoi ? Un brouillon, des fragments, à peine des notes, c’est scandaleux.

Parce que, il faut l’avouer, ce canard, on vous le rédige entre deux portes, entre une réunion de la Commission des affaires économiques et des amendements contre les ordonnances, entre un passage à France Inter et une manif à République, avec la boîte…

Lire la suite

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *